Ouverture simultanée des négociations sur le stress et les salaires 2010

lundi 8 février 2010
popularité : 13%

NEGOCIATION SUR LE STRESS

La négociation sur le stress fait suite à une directive gouvernementale (faisant elle-même suite à des suicides en série dans le milieu professionnel) d’obligation d’ouvrir les discussions avec les partenaires sociaux avant le 28 février 2010. Le paradoxe étant qu’il n’y a aucune pénalité et/ou amende en cas de retard. Fort de cela, la direction n’est habitée que de la seule volonté de se donner bonne conscience.

La CFDT, une nouvelle fois, n’a pas été surprise par la position de la direction. Cette dernière voulant imposer sa vision d’un système de contrà´le et de gestion du Stress totalement sous sa coupe. Celui-ci ne devant absolument pas démontrer qu’il existe une réelle problématique de souffrance au travail et de conditions de travail en nette détérioration pour les salariés.

La CFDT a rappelé ses priorités :
- L’établissement, avant toute poursuite de la négociation d’un état des lieux sur, le Stress au travail, la souffrance psychologique et physique des collaborateurs, les conditions de travail dans l’ensemble des domaines professionnels de l’entreprise et pour toutes les catégories de personnel.
- Que cet état des lieux se fasse au travers d’un questionnaire, établi en collaboration avec les syndicats, envoyé à chaque salarié.
- Que l’établissement de ce questionnaire se fasse au travers d’une commission composée de membres des organisations syndicales, de médecins du travail, de spécialistes de la souffrance au travail ainsi que de représentants de la Direction.
- Que la gestion des réponses se fasse au travers de cette commission.
- Qu’une fois, cet état des lieux effectué, la négociation puisse véritablement reprendre sur une réalité et sur l’identification de cette souffrance.
- En tout état de cause, il fallait que cette négociation porte aussi obligatoirement sur les conditions de travail, le harcèlement, la discrimination et toutes les autres causes professionnelles pouvant créer du Stress qui lui-même est un facteur déclenchant de la souffrance psychologique voire physique des salariés.

A cela, la direction a répondu par une fin de non recevoir. Elle refuse l’établissement d’un tel questionnaire se bornant à nous proposer le processus existant dans le groupe La Poste... La CFDT, clairement, n’acceptera en aucune manière une sous négociation, vide de toute substance et n’apportant rien aux salariés. La direction pouvant une nouvelle fois compter sur des syndicats acquis à sa cause et coutumiers des trahisons dont les salariés sont les continuelles victimes.
Prochaine réunion sur le stress le 3 février 2010 à 14h30à¢â‚¬Â¦

NEGOCIATION SUR LES SALAIRES 2010

La négociation sur les salaires 2010 a elle aussi débuté comme il se doit.

Cette négociation ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices malgré un redressement spectaculaire de la société, un résultat positif (+15 millions d’euros) et un investissement des salariés remarquable à tous points de vues. Que d’efforts et de sacrifices consentis par toutes et tous avec comme priorité le redressement de la société, mais aussi avec l’espoir d’un juste retour de l’investissement. A cela la sirection semble sourde, n’étant encore et toujours motivée que la seule rentabilité financière et les comptes à rendre à l’actionnaire.

La CFDT affirme que la direction se doit aussi de rendre des comptes aux salariés sur sa politique humaine et sociale en nette aggravation et totalement à la dérive.

Les salaires stagnent de façon dramatique, la pauvreté gagne la population salariale, l’entreprise gagne de l’argent, la direction jubile et l’actionnaire s’en fout plein les poches. Et pendant ce temps les salariés en ont raz la casquette.

C’est pourquoi, la CFDT ne lâchera rien et demande donc :
- Une augmentation générale :

  • de 5 % pour les salaires compris entre 1 400 et 1 800 euros/Brut
  • de 4 % entre 1 800 et 2 200 euros/Brut
  • de 3 % entre 2 200 et 3 000 euros/Brut
  • de 2 % entre 3 000 et 4 000 euros/Brut
  • de 1 % entre 4 000 et jusqu’au cadre GR4 (Cadre Autonome)

- Un intéressement abondé d’une prime de 400 euros ainsi qu’une prime exceptionnelle de fin d’année, liée aux efforts considérables des salariés et par rapport aux intempéries de 300 euros. Ainsi avec un intéressement assuré d’au minimum 800 euros, le salarié au bas de l’échelle pourrait compter sur un total de 1500 euros (800+400+300).
- Des jours de congés supplémentaires par rapport à l’ancienneté : 1 jour pour 3 ans, 2 pour 6 ans, 3 pour 9 ans, etc.à¢â‚¬Â¦ jusqu’à 6 pour 18 ans.
- La prime trimestrielle des Gestionnaires de formation doit être calculée sur celle des REQ des Services Clients.
- Reconduction de la prime « Médaille du travail » de 150 euros.
- Pour les parents divorcés, n’ayant pas la garde de leurs enfants, priorité pour l’octroi des congés payés au même titre que les salariés ayant des enfants en age scolaire (à partir de
6 ans).
- La renégociation du Pay plan des commerciaux et de celui des Chargés d’Affaires Sédentaires.
- L’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes.
- Un engagement clair sur la réduction du travail à Temps partiel imposé pour le développement du travail à temps complet.

La CFDT le syndicat proche de la réalité des salariés et réaliste face à la politique anti-sociale de la direction a décidé de rentrer dans ces négociations avec un objectif. Une nette augmentation du pouvoir d’achat et une juste reconnaissance du travail accompli pour l’année 2009.


Documents joints

Tract complet en PDF
Tract complet en PDF